Your browser does not support JavaScript!
Votre navigateur ne supporte pas du JavaScript!
Page Accueil Silurus Glanis - Silure Glane (La pêche du silure)

Photos Silure
 *  Photos
 *  Index
 *  Commentaires
Autres Photos
 *  Photos
 *  Index
 *  Commentaires
Vidéos
 *  Vidéos
Forum
 *  PhpBB2
 *  Silure MAX new
Docum
 *  La Pêche
 *  Astuces
 *  Reportages
 *  Dans la Presse
 *  Zones de Pêche
Liens
 *  Liens
Fréquentation
 *  Xiti





Dans la Presse
Pêche Record N°7
Le Progres 12/08/01
Pêche Record N°7 - Mai-Juin-Juillet 2002
Silures d'ouverture
Pour bien commencer cette nouvelle saison, il est nécessaire de choisir des postes en fonction de la température de l'eau, en privilégiant les coins susceptibles de se réchauffer plus rapidement. C'est précisément à cet endroit que les silures deviennent les plus actifs.
Comment bien débuter la saison
Les débuts de saison restent aléatoires avec bien souvent des résultats en dents de scie. En effet, on se trouve très exactement dans la période transitoire qui marque le passage de la léthargie hivernale à la reproduction. Inévitablement, le poisson va connaître des périodes de frénésie alimentaire assez irrégulières : le tout, pour le pêcheur, est de tomber sur les bons jours et de trouver les bons postes ! C'est maintenant que nos amis les silures commencent à se réveiller et c'est à nous de nous préparer, mais comment : quels postes fréquenter, et quelles techniques adopter ?
Nous ne pouvons pas situer le début de saison de manière absolue puisqu'il varie d'une année sur l'autre, selon la latitude du poste et les caprices de la météo. L'été n'étant pas là, le silure n'a pas encore bien pris toutes ses habitudes (optimum après la fraye, à partir de 22°C). Replaçons les silures dans leur contexte : en plein hiver lorsque l'eau est à une température d'environ 5°C, les silures connaissent une période d'activité alimentaire réduite. Ils se rassemblent et s'agglutinent par dizaines dans certaines fosses profondes, par eaux basses et claires, pour ne quasiment plus bouger. Puis à l'approche des 10°C, cette boule hivernale éclate et les silures s'éparpillent par petits groupes. On peut alors retrouver quelques monstres hors des postes conventionnels (aval d'un piquet de chenal, petites cuvettes au plus profond du moins profond, endroits calmes près du bord, darses).
Ils mordent la journée
La période de réveil alimentaire débute lorsque l'eau atteint une température d'environ 14°C, un bon thermomètre vous livrera donc des renseignements plus utiles que votre calendrier. Mais il faut prendre en compte une activité du silure encore instable à cette température, qui devient vraiment régulière aux alentours de 17°C (ce qui correspond plus ou moins à la mi-juin suivant les régions et selon les années). Puis lorsque l'eau atteint les 21°C, le silure prépare sa reproduction. Le début de saison correspond donc au moment où l'eau se situe entre 14°C et 17°C environ. Mais, début de saison rime bien souvent avec niveaux d'eau élevés, à cause des nombreuses précipitations qui ont accompagné l'adoucissement du climat à l'arrivée du printemps. D'autre part, les eaux sont encore un peu froides. Il faut donc trouver les endroits où le courant est plutôt faible et l'eau peu profonde. Un grand plateau par eaux plus hautes qu'à l'habitude, et teintées peut être fréquenté en pleine journée par des silures actifs en quête de nourriture. Divers phénomènes naturels peuvent également aider à repérer les meilleurs moments du début de saison : sur l'axe Rhône-Saône par exemple, un fort vent du sud soufflant plusieurs jours va se révéler annonciateur d'une bonne pêche car il aura réchauffé la surface de l'eau, déclenchant un pic d'activité alimentaire du silure.
Bon postes
Un autre phénomène se produit lorsque l'eau dépasse les 14°C : les brèmes se réunissent en grand nombre près des rives pour frayer, elles s'agitent, bondissent, font bruyamment clapoter l'eau, attirant un ou plusieurs gros moustachus affamés. Bordures, baies, anses, darses arrivée de petits affluents et larges contre-courants seront donc à exploiter en priorité. N'oublions pas cependant que comme tout autre poisson, le silure ne rechignera pas à venir rôder à la sortie des collecteurs d'eaux usées. Une autre valeur sûre reste les postes situés à l'aval des rejets d'eau chaude des centrales thermiques et nucléaires. Les quelques "précieux" degrés de plus sur la moyenne thermique du fleuve attirent le poisson fourrage. De ce fait, ces postes sont quotidiennement visités par les silures actifs qui y trouvent plus facilement leur nourriture. En ce qui concerne les techniques, on se trouve quelque peu limité au niveau des esches car, en effet, la pêche du sandre et du brochet étant fermée sur certains parcours, on ne peut pêcher ni au vif, ni au leurre, avant la mi-mai (Saône en région Lyonnaise), et seul quelques appâts simples de base sont autorisés comme les vers de terre, anneau de calamaretc. La pêche au posé reste une technique rustique qui apporte toujours de bons résultats. Préférez un appât décollé. Montez sur le bas de ligne un corps flottant à basse densité, de type mousse, liège ou polystyrène, de façon à faire remonter l'appât qui sera donc plus repérable.
Différentes techniques
Cette technique reste possible à pratiquer du bord ou depuis l'embarcation. Elle peut évoluer en pêche à prospecter, dès le moment où l'on reprendra en main la canne posée soutenant la ligne (quel que soit le montage) eschée de vers de terre, d'un vif ou de tout autre appât naturel, pour aller la poser sur un autre poste et l'y laisser un petit moment. Puis, Tentez le coup un peu plus loin, et ainsi de suite. De cette manière, on recherche le poisson au lieu de stagner sur un poste fixe, en attendant son hypothétique venue. Cette dernière méthode permet d'aller à la rencontre des poissons actifs. Selon le type de poste, on peut faire cette prospection à l'aide d'une ligne flottante qui permet d'explorer plusieurs niveaux d'eau. Cette technique de pêche reste reine pour les adeptes du silure qui pratiquent en bateau, ancré ou dérivant.
La dérive permet de couvrir de plus larges étendues. Sur des postes relativement profonds, au-delà de 4 mètres, on peut pratiquer la pêche à soutenir. Il s'agit d'une pêche à la verticale dans laquelle on dandine près du fond, ou entre 2 eaux un montage simple esché d'un appât quelconque (on pourra laisser le plomb sans jupe pour éviter les polémiques en période de fermeture de la pêche au vif). Le maniement du montage s'effectue tresse à la main (prévoir une protection pour les doigts, les touches peuvent être brutales), soit à la canne.
Un montage l'ouverture du carnassier
Cette technique peut s'accompagner de l'usage du clonck. Pour les postes stratégiques et plus localisés, préférez la pêche à poste fixe : le bateau est alors ancré dans l'axe du passage présumé des poissons, ou en amont de leur tenue éventuelle. Servez-vous du courant pour leur présenter l'esche au moyen de la ligne flottante. Selon la force de ce dernier, vous pouvez utiliser d'autres dispositifs, comme ce système-clown, constitué d'une palette qui tourne dans le courant, et d'un léger plomb en dérivation, par rapport à l'axe (pour éviter le vrillage de la tresse), le tout monté sur corde à piano. Ce système installé quelques centimètres avant l'appât attire le silure par ses vibrations continues dans la veine d'eau. Sa profondeur d'évolution doit se déterminer en fonction de la force du courant, de l'inclinaison de la canne, de la longueur de ligne sortie, et du lest, qui peut être modifié par l'ajout de petites chevrotines sur l'émerillon-agrafe de raccordement. Ce montage, de fabrication maison, est assimilable à un leurre. Utilisez-le donc qu'après l'ouverture officielle de la pêche du brochet et du sandre.
C'est avec celle-ci que s'ouvrira à nous la possibilité d'escher nos lignes, posées ou flottantes, avec des vifs bien remuants (tanches, anguilles) qui ne laisseront pas indifférents les plus gros silures affamés et en plein réveil. Par ailleurs, il ne faut pas négliger la pêche au lancer avec de gros leurres souples ou métalliques, qui peut réserver de bonnes surprises avec des poissons devenus agressifs. Nul doute que ce printemps sera plein d'émotions fortes.
Xavier Vella

| Liens | Fiction | Petits Annonces |

Copyright © Xavier Vella
Tous droits réservés.
Les photos ne sont pas commercialement exploitées.
Les droits d'auteur appartiennent au photographe.
Version optimisée pour la résolution 800x600


[1024x786]


17/10/2017 06:05 CET
         
       

Silurus Glanis

FREE, la liberté n´a pas de prix !
FREE, la liberté n´a pas de prix !
Google
Tout le WEB     xvella.free.fr

Cette page a été générée par FREE en 0.0362 secondes.

Ce site présente une collection de photos et séquences vidéo de la pêche du silure en Europe. Les visiteurs peuvent: soumettre des photos de pêche, commenter des photos, participer au forum de discussion ou indiquer des zones de pêche pour ceux qui veulent faire les premiers coups de lancer pour pêcher le silure. Les différentes techniques de pêche et astuces sont également présentées.